Palais du Luxembourg – Salle Monnerville 19 septembre 2012

Je dirige la caisse des Yvelines mais je suis venu aujourd’hui vous parler en tant que directeur du projet national Santé active. Je vais vous présenter cette démarche qui, d’étape en étape, est devenue aujourd’hui un projet national aux mains d’une institution dont le budget est assez contraint. Je vous décrirai ensuite les nombreux aspects de Santé active. Comment avons-nous fait pour monter ce programme ? Au départ, il s’agissait d’un projet expérimental. C’était en 1998, il faut se replacer dans le contexte d’une caisse d’assurance maladie dont la mission principale est de rembourser les soins et dont les actions de prévention se limitent pour l’essentiel à des vaccinations. Mais chacun sait que les problèmes de santé ne sont pas uniquement résolus par des soins, même les médecins ici présents en conviendront. Il faut également agir sur les déterminants de la santé et changer les comportements.

Quels moyens ? Quelles méthodes ?

L’idée c’est d’aider l’assuré à prendre en main sa santé pour qu’il devienne gestionnaire de son capital santé. Ceci explique le choix du nom de ce programme : « Santé active », marque qui d’ailleurs a été officiellement déposée.

Cette approche est en opposition avec le principe initial de l’Assurance maladie : je suis malade, je me soigne, l’Assurance maladie me rembourse, je suis passif, j’attends tout du traitement et des soins. Plus je prends de médicaments, moins je suis astreint à avoir une activité physique ou à d’autres efforts qui amélioreraient de façon durable ma santé.

L’assuré doit donc être non seulement acteur de sa santé, mais aussi responsabilisé par rapport aux dépenses de l’Assurance maladie, organisme né en 1945 sans difficulté de financement mais qui est depuis de nombreuses années en déficit.

Quelle offre de service nous propose Santé active ?

Tout a commencé dans la Sarthe, lorsque j’étais directeur de la caisse d’assurance maladie du Mans. À cette époque, l’offre était très complète : un espace Santé active, un magazine, des rendez-vous, des forums, auxquels Thierry Bouillet, cancérologue ici présent et initiateur du projet « Sport et Cancer », a d’ailleurs participé. À cette époque, nous ne parlions pas beaucoup de sport, de maladies et de cancers encore moins.

L’espace Santé active avait pour but de faire de la communication et de changer le paradigme, le regard que nous avions sur l’Assurance maladie. Ne plus dire : « J’ai cotisé toute ma vie donc j’ai le droit. » C’est mieux « d’avoir cotisé pour rien » que d’être malade !

Finalement, l’espace Santé active, c’est comme une boutique où l’on vous dit : « nous allons vous aider à prendre en charge votre santé. » C’est une vraie vitrine. Une entrée dans la démarche d’une interface moderne.

Voilà à quoi ressemble cet espace. Ouvert depuis quelques mois, il se situe à Poissy, dans les Yvelines. Celui de la Sarthe est du même style. Cela ne ressemble pas du tout à un centre de sécurité sociale, vous me l’accorderez. Nous avons changé de dimension, de paradigme. Les hôtesses vous accueillent, vous pouvez accéder à Internet, à une bibliothèque, à des ateliers, etc. Tout sauf… des remboursements de feuilles de soins.

Il ne s’agit pas de donner simplement des conseils ou de sensibiliser. Si l’on veut faire venir et revenir les personnes, il faut les accompagner, les aider par du coaching. J’aurais préféré utiliser un mot français mais nous n’avons pas l’équivalent ! En fait, ce sont des programmes d’accompagnement personnalisé.

Nous avons pris trois cibles, qui ne vous étonneront pas :

  • la nutrition, au sens alimentation, activité physique ;
  • la santé du dos car il y a beaucoup d’arrêts de travail et beaucoup de prises de médicaments, analgésiques, voire psychotropes, chez les personnes qui en souffrent ;
  • la santé du cœur, parce que ces affections sont les serial killers de l’Assurance maladie.

Le coaching Santé active se fait par ateliers de huit ou douze personnes, animés par des professionnels de santé, par exemple des diététiciens. Nous nous faisons toujours aider par des professionnels. Nous réalisons un entretien préalable et individuel de motivation. En effet, toute personne qui n’apparaîtrait pas suffisamment motivée ne réussira pas à réaliser le programme proposé dans le cadre du coaching Santé active. La personne qui n’aura pas été retenue pour le coaching suite à l’entretien pourra bien sûr revenir lorsqu’elle se sentira prête. Les ateliers durent entre 1 h 30 et 3 h et le programme prévoit entre trois et cinq séances, avec un suivi après six mois.

Nous avons mis en place une ligne Nutrition active avec des diététiciennes qui répondent aux demandes par téléphone. Je vous rappelle que la diététique n’est pas remboursable par l’Assurance maladie, donc nous finançons des vacations. Un bilan Nutrition active est proposé ; il consiste en un entretien individuel, ouvert aux membres du club Santé active, pour faire un point préalable avec une diététicienne sur leur comportement vis-à-vis de l’alimentation et leur hygiène de vie. Nous avons des délégués Santé active. La caisse de la Sarthe avait innové en 1997 en nommant des délégués de l’Assurance maladie pour visiter les médecins. Nous nous sommes dit qu’il nous fallait aussi des délégués Santé active pour aller voir les assurés sociaux dans les cantons, les CCAS, les mairies, etc. Nous avons fait une géographie de la santé pour éviter de nous disperser, pour identifier les zones à risque ou à problèmes. Cela permet aussi de rechercher des partenariats et d’évaluer les actions menées.

Qu’est-ce que le club Santé active ?

Notre idée, c’était de considérer les adhérents du club Santé active comme « ambassadeurs » de l’Assurance maladie. Ils sont venus dans le but de se prendre en main. IIs adhèrent au club donc ils doivent y trouver des avantages. On propose de leur transmettre deux fois par an leur consommation de soins.

Les autres assurés peuvent également avoir ces informations mais ils doivent faire la démarche sur Ameli. Le suivi des consommations a permis de faire une comparaison avec un groupe témoin qui ne suit pas ces programmes.

Ces éléments d’évaluation ont été exploités par l’université du Maine dans la Sarthe. Le rapport est sorti en 2010. Voici la synthèse de ce rapport : les incidences sont significatives sur le recours au généraliste, aux médicaments, aux soins de kinésithérapie, et sur les indemnités journalières. Par contre, pas de baisse pour les soins infirmiers par exemple. Ces résultats sont encourageants car il est rare de constater des baisses de dépenses dans l’Assurance maladie.

Si nous ne prenons que le poste médicaments – ALD signifie « affections de longue durée » ; IPP désigne les « inhibiteurs de la pompe à protons », psychotropes – nous avons carrément enregistré des inversions de tendance. Mon objectif n’était pas de faire baisser tout de suite le recours aux soins. C’était d’éviter que les gens ne tombent dans l’affection chronique, d’éviter qu’ils y tombent trop tôt ou trop gravement. Et j’ai été surpris de voir que d’emblée, ils ont compris que le système de soins est vraiment réservé aux personnes qui en ont besoin, qu’un médecin est très précieux, que son temps est précieux et qu’il faut qu’il ait du temps pour s’occuper d’eux. L’idée que certains actes puissent être faits par une autre personne que le médecin est importante. Il faut bien comprendre que le temps médical doit être réservé à ce qui est médicalement prioritaire.

Un autre outil a été proposé aux abonnés : le coaching en ligne. Mon inquiétude était de savoir si les abonnés allaient changer leurs habitudes dans la durée. Le but de cet outil est de leur faire bénéficier de conseils et d’exercices à faire. Un suivi individualisé sera mis à jour pour être sûr que les gens participent bien au projet. Nous assurerons soit du présentiel, soit du coaching en ligne. Ce dernier permettra de toucher les cadres supérieurs débordés, les précaires qui ne veulent pas ou n’osent pas aller à l’atelier, etc. Nous sommes actuellement en train de développer ce système. C’est un service d’accompagnement santé qui se compose de différents modules, soit en complément, soit en accompagnement en ligne.

L’expérience de la Sarthe a bien fonctionné. Les résultats ont poussé le directeur général de la CNAMTS, M. Van Roekeghem, à répondre favorablement à ma proposition et à me soutenir pour la mise en place de ce programme sur la France entière. Cette démarche rejoint d’ailleurs d’autres axes de prévention déjà développés ou en cours de développement : Sophia pour les diabétiques, Prado qui favorise le retour à domicile des assurés, suite à une hospitalisation pour maternité ou orthopédie.

Comment le programme s’est-il construit ?

J’avais vraiment la conviction que nous étions dans l’impasse sanitaire et financière, dans laquelle nous sommes toujours d’ailleurs, parce qu’on nous propose soit d’augmenter les cotisations et les impôts, soit de diminuer les prestations. C’est pour cela que le système est en total déséquilibre.

J’ai donc reformulé l’objectif de l’Assurance maladie. Cela s’appelle toujours Assurance maladie, mais à mon sens cela devrait s’appeler Assurance santé. Pour ce qui concerne la nutrition, il s’agissait de travailler à partir du PNNS (Plan national de nutrition santé).

Responsabiliser plutôt que culpabiliser. Il ne faut pas stigmatiser les gens, il faut les aider. Ainsi, nous n’avons jamais proposé de régimes alimentaires par exemple. L’AFSSAPS s’est d’ailleurs clairement positionnée contre. On a parlé de poids de forme, d’aider les gens à se sentir mieux. Si on leur met trop de pression, cela fait l’effet inverse, leur problème devient psychologique et les gens grossissent encore plus. C’est un phénomène connu.

Puis il a fallu trouver des alliés. En fait, le meilleur allié s’est révélé être le public.

Si les consommateurs évoluent en mangeant moins de sel et moins de sucre, cela n’empêche pas les industriels de vendre leurs produits. Il ne faut pas leur demander de mettre en vente des produits qu’ils ne vendront pas. L’aspect financier est pour eux bien sûr primordial mais ils doivent aussi s’adapter.

L’assuré social a donc changé ses comportements. Dans la Sarthe, Carrefour est venu me voir et m’a demandé pourquoi ils ne feraient pas des produits Santé active, parce que les Sarthois leur disaient que leurs produits étaient perfectibles.

Ils se sont dit qu’il y avait un comportement atypique chez les consommateurs sarthois. Évidemment, 15 000 personnes qui passent à l’espace Santé active par an, ça fait du monde.

Ensuite, il a fallu trouver des partenaires. Les associations de malades, les PMI, la mairie, le conseil général, les syndicats de médecins, il a fallu que nous les mettions autour de la table et que nous réfléchissions à ce que nous allions faire ensemble, afin que chacun trouve sa place et contribue.

Il fallait aussi agir avec ses propres ressources. Je n’ai jamais rien demandé à la CNAM. La caisse de la Sarthe est une des caisses qui a toujours été bien classée aux indicateurs de gestion. C’est ainsi que j’ai pu agir sans problème. Un directeur de caisse est quelqu’un d’autonome qui a du pouvoir, mais encore faut-il qu’il s’en serve !

De plus, pour ne pas gêner la technostructure et veiller au respect du PNNS de manière à ne pas attirer des ennuis à la Caisse nationale et poursuivre le projet, il a fallu avancer pas à pas et ne pas s’attendre à une révolution du jour au lendemain.

S’entourer d’experts : j’ai embauché un géographe de la santé, un statisticien, une diététicienne. Dans une caisse d’assurance maladie, c’était nouveau et pas si simple. Je ne l’ai pas regretté, car ils ont beaucoup apporté au projet.

Les écueils que j’ai rencontrés ont été de donner parfois une image négative de la pratique des soignants mais je les ai invités à travailler avec nous pour qu’ils fassent évoluer leurs pratiques.

Il a été très difficile de concilier l’activité traditionnelle de remboursement et celle d’assureur santé. Il a fallu rembourser les assurés et parallèlement développer Santé active alors que nous étions en période de réduction d’effectif. En effet, il y a dix ans, il a déjà fallu appliquer la RGPP (Révision générale des politiques publiques). Aujourd’hui, les moyens sont de plus en plus contraints.

Il fallait faire accepter un changement culturel dans l’activité de l’organisme. La grande majorité des employés traitent des prestations. Il est difficile de leur faire comprendre que leur métier n’est plus un métier d’avenir alors qu’aujourd’hui ils le pratiquent.

Communiquer suffisamment, mais pas trop. Savez-vous que nous avons eu le prix de l’Innovation par L’Expansion ? Cependant, il ne faut pas trop communiquer tant que le projet national n’est pas suffisamment avancé. Il ne faut pas brusquer les choses. Nous communiquons donc peu à peu. Je suis venu auprès de vous aujourd’hui. Hier, j’avais des collaborateurs à l’IMAPS, la semaine dernière j’étais au ministère de l’Environnement.

Pour terminer, il faut dire que cette mise en place exige beaucoup de temps, d’énergie, et une forte conviction. Les résultats de l’année 2008 m’ont encouragé parce qu’à partir de ce moment-là, ça a vraiment marché. C’était pourtant la crise, vous le savez. « Il n’y a rien d’aussi fort qu’une idée dont le temps est venu. » C’est ce que j’essaie de faire et de continuer à faire.