parler bambin

On sait les conséquences des inégalités sociales de santé, à l’œuvre dès le plus jeune âge, sur le développement adulte futur. L’acquisition du langage étant une des dimensions importantes du développement, certaines études ont montré qu’à 4 ans un enfant pauvre a entendu en moyenne 30 millions de mots en moins qu’un enfant issu d’un milieu favorisé (1), impactant déjà les apprentissages scolaires à venir (2,3).

C’est dans le but d’agir le plus tôt possible pour « corriger » certains retards de langage dans des populations défavorisées qu’une équipe de chercheurs grenoblois, en collaboration avec le Centre communal d’action sociale (CCAS) de la vie, a développé un programme de renforcement langagier précoce : « Parler Bambin » (4,5).

Il a été mis en place en 2008 dans 2 crèches collectives en zones urbaines sensibles de Grenoble. Son but était d’améliorer les compétences langagières orales des enfants âgés de 18 à 30 mois afin de réduire le risque d’échec scolaire des « parleurs tardifs» et/ou des enfants issus de milieux défavorisés. Cette intervention de promotion de la santé associait le travail des professionnels des crèches, spécifiquement formés au programme durant une trentaine d’heures, à l’occasion d’ateliers de petits groupes (2-3 enfants par niveau de langage homogène) d’une durée de 20 minutes 3 fois 20 par semaine, ainsi que l’implication des parents à leur domicile. Les professionnels et les parents s’appuyaient, entres autres, sur l’utilisation d’imagiers spécifiques au développement du vocabulaire. Les techniques utilisées consistaient à « obtenir l’attention de l’enfant, à l’inciter à nommer les éléments d’une image, d’un jeu, et à l’encourager à la parole en lui posant des questions ouvertes » (5). D’autres techniques et stratégies étaient aussi utilisées en dehors des temps d’ateliers afin de pousser l’enfant à nommer les choses et à formuler des phrases. L’évaluation du programme à l’aide d’une méthodologie quasi-expérimentale (groupe contrôle) a démontré son efficacité, en particulier chez les enfants ayant au départ un moins bon niveau de langage.

Depuis 2008, « Parler Bambin » s’est étendu à de nombreuses crèches mais également à d’autres villes. En 2015, il a été lauréat du label « La France s’engage » (6), initiative du président de la République qui récompense les projets socialement innovants, lui offrant ainsi une diffusion nationale. Le déploiement du programme se déroulera jusqu’en 2019, permettant une évaluation ambitieuse de ses effets.

Auteur : Laetitia Satilmis, Interne de Santé Publique et Médecine Sociale, Lyon
Présidente – Collège de Liaison des Internes de Santé Publique

 

Références

 

  1. Hart B., Risley T. The Early Catastrophe [Internet]. American Federation of Teachers; 2003. Disponible sur: https://www.aft.org/sites/default/files/periodicals/TheEarlyCatastrophe.pdf
  2. Bowey JA. Socioeconomic status differences in preschool phonological sensitivity and first-grade reading achievement. J Educ Psychol. sept 1995;87(3):476.
  3. Silva PA, Williams S, McGee R. A longitudinal study of children with developmental language delay at age three: later intelligence, reading and behaviour problems. Dev Med Child Neurol. oct 1987;29(5):630‑40.
  4. Lequette C, Pouget G, Bloyet J, Charles M, Ramat A. Mise en place et diffusion de « Parler Bambin », un programme de prévention précoce du développement du langage. ResearchGate. 1 mars 2013;19(195):18‑20.
  5. Zorman M, Duyme M, Kern S, Le Normand MT, Lequette C, Pouget G. « Parler bambin » un programme de prévention du développement précoce du langage. ANAE [Internet]. 2011; Disponible sur: http://www.cognisciences.com/IMG/001_008_ANAE_112_Zorman_B.pdf
  6. PARLER BAMBIN #LaFrancesengage [Internet]. La France s’engage. [cité 25 juill 2016]. Disponible sur: http://lafrancesengage.fr/projets/parler-bambin/