Ensemble, agissons pour la santé durable

Total après
réduction d'impôt

(66% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.)

Total après
réduction d'impôt

(60% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.)

FAQ

Vous vous posez des questions sur l’intérêt du bio, les édulcorants, la composition d’un petit déjeuner équilibré… et plus globalement sur votre alimentation au quotidien ? Retrouvez dans cette rubrique nos réponses suite aux échanges lors des conférences-débats organisées par la Fondation en régions.

 

Doit-on vraiment boire 1,5 L d’eau par jour ? Comment faire pour quelqu’un qui n’aime pas boire de l’eau ?

Il est effectivement recommandé de boire de 1 à 1,5 litre d’eau par jour. Cette quantité est nécessaire pour compenser les pertes en eau dues aux urines, à la transpiration ou à la respiration.

Ces besoins sont même augmentés dans certaines situations : fortes chaleurs, maladie avec fièvre, jeunes enfants, personnes de plus de 55 ans, sportifs.

Quelques astuces pour ceux qui n’aiment pas l’eau :

Ajouter un filet de jus de citron ou d’orange dans une bouteille ou privilégier les eaux minérales aromatisées
Penser aux thés, cafés ou infusions (certaines se boivent aussi bien chaudes que froides)
Presser des fruits frais ou prendre un jus de fruit sans sucre ajouté
Préparer des soupes ou bouillons de légumes
Acheter des petites bouteilles d’eau

Que pensez-vous des sodas « light » ? Sont-ils meilleurs pour la santé ?

Le soda, même light, ne remplace pas les bienfaits de l’eau. C’est vrai qu’il est moins calorique puisque le sucre a été remplacé par un édulcorant mais le soda light a l’inconvénient d’entretenir l’attirance pour le sucré. A consommer avec modération donc.

Les boissons « light » dans lesquelles le sucre est remplacé par des édulcorants sont présentées comme des alternatives saines aux boissons sucrées. Pourtant, dans une étude publiée fin janvier, une équipe de chercheurs conduite par l’Inserm vient de mettre à mal cette argumentation. Les habitudes alimentaires et l’état de santé de 66 188 femmes ont été recueillis pendant 14 ans. Les conclusions de l’analyse des données sont édifiantes : à quantité égale de boissons consommées, le risque de développer un diabète de type II est plus élevé avec les boissons «light» versus les boissons sucrées «non light». Ce risque est supérieur de 15% pour une consommation de 0,5 L/semaine et supérieur de 59% pour 1,5 L/semaine1.

1Fagherazzi G, Vilier A, Saes Sartorelli D, et al. Consumption of artificially and sugar-sweetened beverages and incident

type 2 diabetes in the Etude Epidemiologique aupres des femmes de la Mutuelle Generale de l’Education Nationale-European

Prospective Investigation into Cancer and Nutrition cohort. Am J Clin Nutr. 2013; 97(3):517-23.

Que penser des édulcorants de synthèse ?

Afin de réduire l’excès de consommation de sucre, qui est néfaste pour la santé, un certain nombre d’édulcorants de synthèse font leur apparition sur le marché.

Parmi les édulcorants de synthèse, l’aspartame est fréquemment utilisé mais il est suspecté d’être à l’origine de troubles pour la santé.

Des avis encore dissonants quant à l’innocuité de l’aspartame.
À ce jour, les recommandations des experts officiels de la nutrition ne mettent pas en évidence de risques pour une consommation modérée d’aspartame.
Toutefois, d’autres auteurs et publications soulignent un risque réel en termes de santé pour une consommation régulière et importante.

Nous conseillons donc une consommation occasionnelle de cet édulcorant de synthèse. Il est préférable de réapprendre à consommer des aliments aux saveurs moins sucrées. Il s’agit d’une véritable éducation du goût.

En revanche, les personnes atteintes de phénylcétonurie (maladie héréditaire qui se caractérise par l’absence d’une enzyme conduisant à l’accumulation dans le sang d’un métabolite toxique) ne doivent pas consommer d’aspartame.

Il existe d’autres édulcorants qui sont également à consommer avec modération.

Faut-il privilégier les produits issus de l’agriculture biologique ?

Il existe une confusion dans l’esprit des consommateurs : l’alimentation bio n’est pas synonyme d’alimentation saine.

Le plus important est de bien s’alimenter, de manger équilibré et diversifié.

Les produits bio ne sont pas plus riches en micronutriments que les autres produits.
Aucune étude n’a montré une qualité nutritionnelle (au sens strict du terme, c’est à dire teneur en vitamines et minéraux) plus importante.

En revanche, il est indéniable que l’agriculture biologique favorise le développement durable de la planète, respecte l’environnement et préserve la santé des agriculteurs (car cette agriculture n’utilise pas de pesticides). En effet, les principales intoxications par les pesticides concernent les agriculteurs par inhalation des produits.

Si pour certains aliments (fruits, légumes, céréales complètes) vous avez les moyens d’acheter bio, c’est un plus mais le principal reste de manger quotidiennement des fruits et légumes.

Quel est le goûter « idéal », pour un enfant?

Il est conseillé de proposer un fruit (ou compote ou jus de fruit) avec du pain aux céréales accompagné de carrés de chocolat ou de purée d’amandes*, de sésame* ou de noisettes*…

*(sauf si terrain allergique)

Pourquoi l’huile de colza est-elle bonne pour la santé ?

L’huile de colza est la source la plus biodisponible en acides gras oméga 3, comparée aux autres huiles. C’est une huile bon marché qui, contrairement aux idées reçues peut être chauffée (à température inférieure à 160 °). Elle résiste très bien à des cuissons douces au four et à la poêle
Elle est adaptée pour la cuisson à température modérée des :
– viandes
– œufs
– légumes à la poêle ou en cocotte…

Toutefois, les personnes ne souhaitant pas chauffer l’huile de colza peuvent privilégier l’huile d’olive pour la cuisson et conserver le colza pour l’assaisonnement.

Quelle est la « quantité » d’huile de colza à consommer chaque jour ?

La quantité minimum, indispensable d’huile de colza qu’il est recommandé de consommer chaque jour dans votre assiette est de :
– deux à trois cuillerées à soupe chaque jour pour les femmes
– trois à quatre cuillerées à soupe chaque jour pour les hommes

L’huile de colza peut-elle être utilisée pour de la friture ?

L’ANSES* a autorisé le chauffage de l’huile de colza à température modérée (160 ° maximum) mais elle ne peut pas être utilisée pour de la friture. Mieux vaut privilégier l’huile d’olive pour la friture.

*ANSES : Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail

C’est quoi un aliment complet ?

Un aliment complet est un aliment qui contient des macronutriments (glucides lipides protides) mais aussi des micronutriments (vitamines, minéraux). Prenons l’exemple du cahier de classe : les macronutriments sont les pages blanches, les micronutriments les lignes verticales (les vitamines) et horizontales (les minéraux). Si on supprime les verticales et horizontales, difficile d’écrire droit. C’est la même chose pour l’organisme, si on ne lui apporte pas assez de vitamines et minéraux contenus en grande quantité dans les aliments complets, il aura du mal à fonctionner.

Le riz basmati est-il un riz blanc ou un riz complet ?

Vous pouvez trouver du riz basmati blanc ou complet. Le riz basmati est un riz à grain long originaire d’Inde et du Pakistan.

Faut-il manger le poisson plutôt le soir ou le midi ?

Peu importe que ce soit le midi ou le soir. Le plus important est de manger du poisson au moins deux à trois fois par semaine, surtout des poissons gras comme les sardines, le hareng ou encore le saumon.

Est-ce que la confiture, ça compte comme un fruit ?

Confiture = fruits cuits + sucre.
Comparé à un fruit, il y a moins de vitamines et plus de sucres rapides dans la confiture. Il vaut mieux remplacer parfois la confiture par une compote sans sucre ajouté.

La viande fait-elle grossir ?

Il y a différents types de viande : les viandes blanches comme le poulet ou la dinde sont par exemple moins grasses que la viande de boeuf.

Idéalement, que faudrait-il prendre au petit-déjeuner ?

Bien que bon nombre de personnes se privent de petit déjeuner, c’est un repas essentiel de la journée.
Il doit être consistant pour couvrir une bonne partie des apports énergétiques.
Il doit apporter des :
– Protéines : par exemple des protéines animales
Ex : œufs, jambon, fromage s’il est bien toléré…
– Féculents complets
Ex : pain complet, galettes de sarrasin, muesli…
Il est important de noter que la consommation régulière d’oeuf au petit déjeuner n’entraîne pas une augmentation du taux de cholestérol.
Il est également recommandé de limiter la consommation de produits sucrés (jus de fruit, céréales industrielles…).

Thé ou café : quel est le meilleur choix de boisson chaude ?

Thé ou café sont considérés comme des aliments aux propriétés intéressantes pour la santé.

THE
Tous les thés sont issus de la même plante : Camellia sinensis. La différence vient de la fermentation qui est beaucoup plus longue pour le thé noir.
Richesse nutritionnelle du thé :
– Molécules anti-oxydantes, indispensables pour lutter contre l’excès de radicaux libres.
– Vitamine A, E, potassium

Le thé noir contient un peu plus de théine (caféine) que le thé vert.
CAFE
Véritable stimulant naturel, le café aurait aussi un rôle protecteur vis-à-vis de certaines maladies (diabète de type 2, maladies du foie…).

Il est important de choisir des cafés biologiques, car la culture intensive du café, associée à l’utilisation des pesticides et à la torréfaction, crée des molécules toxiques. Cette recommandation est particulièrement importante pour les gros consommateurs de café.