Selon une étude  britannique, publiée dans la revue médicale « The Lancet », au moins 37 millions de morts prématurées pourraient être  évitées d’ici 2025 à l’échelle mondiale si la population adoptait globalement un mode de vie plus sain.

Les scientifiques de l’Imperial College de Londres ont identifié plusieurs pistes qui permettraient de favoriser une meilleure longévité :

1. Réduire du tiers ou de la moitié la consommation mondiale de tabac

2. Limiter à 10% la consommation mondiale d’alcool

3. Réduire de 30% la quantité de sel consommé

4. Réduire de 25% le nombre de personnes souffrant d’hypertension

5. Mettre en place des politiques de santé publique pour stopper la progression de l’obésité

6. Limiter l’incidence du diabète

Les auteurs de l’étude mettent en avant que les plus grands bénéfices en termes d’espérance de vie viendraient d’une réduction de l’hypertension artérielle et de la consommation de tabac.

Le principal signataire de l’étude, le Pr Majid Ezzati, précise que ce sont les populations à faibles revenus et à revenus moyens qui bénéficieraient le plus de tels efforts.

Si ces 6 résolutions étaient respectées, l’incidence des maladies cardiovasculaires, respiratoires, des cancers (et du diabète) pourrait être réduite de 22% chez les hommes et de 19 % chez les femmes en 2025 par rapport à 2010.

Pour mieux vivre plus longtemps, certaines habitudes de vie sont donc primordiales comme réduire sa consommation de tabac, d’alcool et de sel, tout en pratiquant régulièrement une activité physique. 

Référence de l’étude :

Vasilis Kontis, Colin D Mathers, Jürgen Rehm, Gretchen A Stevens, Kevin D Shield, Ruth Bonita, Leanne M Riley, Vladimir Poznyak, Robert Beaglehole, Majid Ezzati. Contribution of six risk factors to achieving the 25×25 non-communicable disease mortality reduction target: a modelling study. The Lancet, 2014; DOI: 10.1016/S0140-6736(14)60616-4